Groupe de travail

Ecologie et sobriété heureuse

Groupe thématique piloté par Claude Fol et Michel Bavarel en lien avec l’association Cotmec

Présentation du groupe “écologie et sobriété heureuse”
Site web de l’association Cotmec : cotmec.ch
Commander la brochure “Des germes d’espérance pour la vie sur la planète”

L’association Cotmec, originellement vouée à la question Nord-Sud, se préoccupe depuis longtemps de l’écologie. En 2015, un groupe appelé “Ecologie et Sobriété heureuse” est né en son sein. Il s’inscrit dans la dynamique de travail de la Plateforme Dignité et Développement et du laboratoire pour la transition intérieure animé par Michel Maxime Egger au sein de pein pour le Prochain. Ce groupe s’efforce, à son niveau, qui n’est pas celui d’experts mais du commun des mortels, de faire partie de ceux, nombreux, qui prennent conscience de ce qui se passe et tentent d’y faire face. Il s’appuie sur l’encyclique Laudato sí, sur les livres de Michel Maxime Egger et d’autres auteurs. Et sur l’expérience de ses membres, longue, puisque la plupart sont à la retraite.

A partir de leurs réflexions, une brochure a été élaborée. Elle s’intitule “Des germe d’espérance pour la vie sur la planète”. Elle sera notamment distribuée lors de la prochaine campagne oecuménique de Carême. Des germes d’espérance parce qu’à la suite d’une première partie sur notre jeunesse, nous avançons des pistes qui pourraient atténuer les bouleversements qui se profilent  – et dont certains se produisent déjà – et préparer l’avènement d’une société, disons plus raisonnable.

Le pape François, nous appelle à une conversion écologique. Il s’agit de nous enraciner dans la gratitude et dans l’émerveillement devant la Création. Et aussi de nous enraciner dans la justice, car, injustices et inegalités portent préjudice à l’écologie. Une conversion pour être authentique demande du temps.

Or, il y a urgence. La troisième partie de la brochure propose des “petits gestes” qu’on peut accomplir tout de suite, pour faire notre part. Elle donne également quelques exemples de la multitude d’associations de chez nous contre le gaspillage, pour une agriculture écologique, une économie sociale et solidaire, un changement de style de vie qui, dit le pape, peut exercer une pression sur les détenteurs du pouvoir.