Mission

La dignité humaine est comprise par la Plateforme dans sa dimension tant personnelle que collective. La travail de cette Plateforme se concentre tant sur les libertés et les responsabilités fondamentales des personnes agissant au sein des diverses communautés, groupes, associations, entreprises et organisations politiques.

rassembler et mettre en lien

offrir un espace

proposer un support aux groupes et personnes actives sur le terrain

z

alerter face aux différents risques sociétaux

pour favoriser des collaborations entre divers milieux en Suisse romande

pour faciliter le débat et susciter des initiatives aptes à promouvoir l’Enseignement social chrétien

pour approfondir le sens de l’engagement social chrétien

pour lancer des pistes de réponses et des projets innovants

Notre dynamique de travail

Pour honorer ces objectifs, le travail de la Plateforme se déploie par cycle de trois à quatre ans. Le début et la fin de chaque cycle sont marqués par une conférence avec participation locale et internationale, consacrée à un thème transversal. Un premier cycle a été initié avec le colloque sur le bien commun en septembre 2015 à Fribourg.

Entre ces deux grandes réunions où tout est passé en revue, les groupes de travail annoncés et toutes personnes ou associations intéressées à rejoindre le processus avancent à leur rythme dans leur recherche.

Des événements ouverts au public sont organisés plusieurs fois par an. Ils permettent aux groupes ainsi qu’à toute personne intéressée d’échanger autour de leurs travaux.

La Plateforme facilite ainsi la circulation d’informations sur les activités en cours. Elle est davantage conçue comme un processus, un horizon ouvert, plutôt que comme une structure figée. Il est donc possible de rejoindre cette dynamique à chaque moment du cycle.

Les participants au colloque sur le bien commun en septembre 2015 à l'Université de Fribourg

Concrètement…

La dynamique de mise en oeuvre de la Plateforme est en train de se construire autour des quatre axes bipolaires et en tension mis en avant par le pape François dans Evangelii Gaudium (EG 221). Ils proviennent des principes fondamentaux de l’Enseignment social chrétien et servent de paramètres de référence pour analyser les phénomènes sociaux.

Leur force opératoire réside dans leur orientation spécifique à favoriser “le développement de la cohabitation sociale et la construction d’un peuple où les différences s’harmonisent dans un projet commun”, apte à promouvoir un authentique chemin vers la paix ainsi que l’émergence du bien commun.

Les participants au colloque sur le bien commun en septembre 2015 à l'Université de Fribourg

Ainsi, après une première rencontre de lancement consacrée à la notion de relation, les prochains ateliers projettés approfondiront chacun à leur tour l’un de ces quatre axes pour voir comment, concrètement, ils sont vécus dans nos milieux respectifs, nos diverses thématiques et champs de travail, en Suisse romande.